Connectez-vous
AFISO

Le CHC Clinique Montlégia (Liège) recrute des infirmier(e)s pour le bloc opératoire et la salle de réveil

L’Hôpital Erasme recherche un infirmier (H/F) pour le service de stérilisation centrale

La Klinik St Josef (Saint-Vith) engage infirmiers et sages-femmes

La Clinique Saint-Luc (Bouge) recherche (h/f) des infirmiers spécialisés en soins péri-opératoires bloc op / hospi de jour chirurgical

Une assurance professionnelle avantageuse pour les membres (plus de 50 % de réduction)


Pour recevoir la newsletter


LIEN DIRECT VERS LE SITE DE L'EORNA



RECHERCHE










Joyeux Noël 2020 et Meilleurs Vœux pour 2021









Brèves
15/12/2020

Les soins de santé sont-ils accessibles de façon équitable pour tous ceux qui en ont besoin ?

Tout le monde n’est malheureusement pas en bonne santé et certains ont davantage besoin d’avoir recours aux soins de santé que d’autres. Dans notre système belge, basé sur la solidarité, on tente de réduire autant que possible ces inégalités. Mais si l’on considère les personnes qui ont les mêmes besoins de soins de santé, peut-on dire qu’elles y ont toutes accès avec la même facilité ? En d'autres termes, l'accès à nos soins de santé est-il équitable ? Le Centre fédéral d’Expertise des Soins de santé (KCE) a examiné cette question en faisant appel à une méthode novatrice. Il en ressort que, pour les ménages en situation de précarité financière, l'accès aux soins n’est pas équitable, en particulier l’accès aux spécialistes et aux dentistes, et ce au point que certains d’entre eux reportent ces soins ou n’y ont pas du tout recours. La principale raison est l’importance du montant que le patient doit payer de sa poche, ou doit payer d'avance. Pour 4 % des ménages, les dépenses de soins représentent même plus de 40 % des dépenses totales. Des mesures de protection existent, telles que les interventions majorées (BIM). Elles permettent effectivement d’atténuer ces injustices, mais il serait encore possible d'améliorer la protection en matière de tickets modérateurs ou de suppléments, dont les montants vont croissant.

Lire la suite sur le site du KCE
08/12/2020

Des pansements qui pensent : l’ULB développe des patchs intelligents

Nous sommes en 2030, vous êtes blessé dans un endroit isolé. Vous appliquez un pansement intelligent connecté. A distance, votre médecin peut vous prodiguer des conseils, car le patch lui envoie des informations précises sur la température de votre blessure, son acidité, son niveau d’hydratation, et l’intelligence artificielle lui permet de prédire la probabilité de surinfection. Ce futur se prépare aujourd’hui, dans ce laboratoire de l’Université libre de Bruxelles, et c’est un projet financé par l’OTAN.

Lire la suite sur le site de la RTBF
14/05/2020

L'AFISO s'associe à l'UGIB pour dénoncer les deux arrêtés royaux scandaleux de Maggie De Block

L'AFISO s'associe à l'UGIB pour dénoncer les deux arrêtés royaux scandaleux de Maggie De Block
Le 5 mai, une vingtaine d'associations profesionnelles infirmières se sont réunies à l'initiative de la chambre francophone de l'UGIB afin d'établir une liste de propositions constructives en réaction aux deux A.R. publiés sur la réquisition du personnel et sur la délégation des actes infirmiers. Voir le communiqué de presse de l'UGIB sur l'interpellation auprès des politiques sur ces points ci-dessus !

24/02/2020

Un bras bionique contrôlé par la pensée, la prothèse de demain

Priscille-Déborah, d’origine française, est une aventurière. Il y a 14 ans, après un accident, elle perd ses jambes et son bras droit. Elle subit de nombreuses opérations et porte ensuite des prothèses de jambes ou encore un genou intelligent. Dernière prothèse en date, un bras bionique, contrôlé par la pensée.

Lire la suite
15/02/2020

L’Union Générale des Infirmier(e)s de Belgique (UGIB) lance un groupe de travail sur « Loi qualité ».

En avril 2019, la Chambre des représentants de Belgique a voté la Loi relative à la qualité des pratiques des soins de santé comprenant des exigences de qualité et de sécurité qui s’appliqueront aux professionnels de soins de santé. Cette Loi dite « Loi qualité » rentrera en vigueur en juillet 2021. L’écriture et la publication de divers arrêtés d’exécutions seront nécessaire pour sa mise en application.

Un groupe de travail UGIB portant sur les trois thèmes (portfolio, registre des pratiques et la commission de contrôle) est organisée dans le but de formuler une proposition sur les éléments concernant la profession infirmière qui devraient être repris dans les arrêtés d’exécutions lors de la mise en application de cette loi.

Par la présente, nous vous invitons à participer au groupe de travail « loi qualité ».

Lire la suite de l'article ici
30/01/2020

Pas assez d'infirmiers dans les hôpitaux belges: pour Maggie De Block, il est essentiel de "repenser fondamentalement" la profession

Investir des moyens supplémentaires de façon structurelle dans le secteur infirmier, comme le préconise le Centre fédéral d'expertise des soins de santé (KCE) dans sa dernière étude, "ne résoudra pas grand chose", a réagi jeudi par communiqué la ministre de la Santé publique Maggie De Block. "Nous devons oser repenser fondamentalement le métier d'infirmier", a-t-elle plaidé.

Selon une nouvelle étude du Centre fédéral d'expertise des soins de santé (KCE), réalisée conjointement avec la KU Leuven et publiée jeudi, les infirmiers qui travaillent dans les hôpitaux belges s'occupent en moyenne de 9,4 patients, alors que l'on admet généralement, à l'échelon international, que la sécurité du patient n'est plus assurée au-delà de huit patients par infirmier.

Lire la suite sur le site d'RTL.be
30/01/2020

Année internationale des infirmiers : il en faut davantage !

Le Centre fédéral d’Expertise des Soins de santé (KCE) et la KU Leuven ont constaté que les infirmiers qui travaillent dans les hôpitaux belges s'occupent en moyenne de 9,4 patients, alors que la norme de sécurité internationalement acceptée est de 8 patients par infirmier maximum. Le KCE préconise donc que des moyens supplémentaires soient investis chaque année, de façon structurelle, et que l’on veille à ce qu'ils soient utilisés efficacement pour réduire le nombre de patients par infirmier dans les services où c’est le plus nécessaire. Les hôpitaux doivent rendre l’environnement de travail attrayant, sûr et agréable pour leur personnel infirmier et les décharger des tâches pour lesquelles ils sont surqualifiés. Ces mesures permettront de diminuer le risque de burn-out et de rendre la profession plus attrayante, avec l’espoir d’attirer (à nouveau) de nouvelles recrues. Un grand défi pour cette année de 200e anniversaire de la naissance de Florence Nightingale, que l'Organisation mondiale de la santé a proclamée "Année des infirmiers".

Le nombre de patients par infirmier était déjà beaucoup trop élevé il y a 10 ans

La suite sur le site du KCE
30/01/2020

L’OMS décrète l’urgence internationale face au nouveau coronavirus

’Organisation mondiale de la santé (OMS) a décrété jeudi que l’épidémie du nouveau coronavirus apparu en Chine, et qui s’est étendue à plusieurs régions du monde, constitue « une urgence de santé publique de portée internationale ».
Lire la suite sur le site du journal "Le Soir" en cliquant ici