Connectez-vous
AFISO

Le CHR Haute Senne recherche un(e) Infirmier(ère) en chef pour l’unité de Chirurgie

Les Hôpitaux IRIS Sud recherchent pour le Quartier Opératoire sur le site de Joseph Bracops un Infirmier en Chef (h/f)

Le CHR Haute Senne de Soignies recherche (h/f) un infirmier pour le bloc opératoire

La Clinique Saint-Jean (Bruxelles) recherche un coordinateur (m/f) pour le quartier opératoire

La Clinique Saint-Jean (Bruxelles) recrute un (m/f) infirmier pour le quartier opératoire

La Clinique Saint-Jean (Bruxelles) recrute un infirmier instrumentiste pour le service de neurochirurgie (m/f)

L’Hôpital Universitaire Erasme recherche des infirmiers bacheliers (h/f) et/ou spécialisés en salle d’opération

Le département infirmier de l’hôpital Erasme recrute un (m/f) infirmier en chef pour le Quartier Opératoire – Département Viscéral

Le Groupe hospitalier CHIREC recrute des cadres de proximité Quartier Opératoire et des infirmiers pour le quartier opératoire et la salle de réveil

Le Département des Soins Infirmiers du CHIREC recrute (m/f) un Cadre de Proximité pour le Quartier opératoire de la Clinique Ste Anne St Rémi et des infirmiers pour le Quartier opératoire des différents sites hospitaliers

Le CHU Saint-Pierre recherche (h/f) un infirmier chef du Quartier Opératoire Hospitalisation

Une assurance professionnelle avantageuse pour les membres (plus de 50 % de réduction)

Consultez le Répertoire AFISO 2017



Pour recevoir la newsletter


LIEN DIRECT VERS LE SITE DE L'EORNA



RECHERCHE










Avec le soutien 2018 de

Derniers tweets AFISO Belgium
AFISO Belgium : Protection des données https://t.co/cQYKbAEo0H
Jeudi 17 Mai - 10:14
AFISO Belgium : Samedi 16 juin 2018 : 8ème Symposium AFISO Hainaut https://t.co/bCeTVEjsko https://t.co/bRhLoKpPgL
Mardi 1 Mai - 10:14
AFISO Belgium : Le CHR Haute Senne recherche un(e) Infirmier(ère) en chef pour l’unité de Chirurgie https://t.co/18XNsqgArG https://t.co/2OWOyKKbf0
Mardi 1 Mai - 10:14
AFISO Belgium : Les Hôpitaux IRIS Sud recherchent pour le Quartier Opératoire sur le site de Joseph Bracops un Infirmier en Chef (h… https://t.co/ozO9lxveWb
Vendredi 13 Avril - 10:14








Brèves
03/04/2018

Modification du système des primes pour qualifications professionnelles dans le secteur infirmier

Par Sarah Delafortrie, Christophe Springael
Publié le 23/03/2018
Appartient au Conseil des ministres du 23 mars 2018

Sur proposition de la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique Maggie De Block et du ministre de l'Emploi Kris Peeters, le Conseil des ministres a approuvé un projet d'arrêté royal relatif au plan d’attractivité pour la profession infirmière en ce qui concerne les primes pour des titres et qualifications professionnels particuliers et les prestations inconfortables.

L’arrêté royal du 28 décembre 2011 a mis en place le financement d’une prime annuelle aux infirmiers agréés pour un titre ou une qualification professionnels particuliers qui répondent à certaines conditions. Il s’applique aux infirmiers travaillant dans un hôpital, dans un service agréé, dans une fonction agréée ou dans un programme de soins agréé qui prévoit cette spécialisation ou dans une maison de repos pour personnes âgées ou une maison de repos et de soins. Or, depuis la sixième réforme de l’Etat, seuls les hôpitaux sont restés de compétence fédérale.

L’accord social du secteur privé signé le 25 octobre 2017 prévoit, entre autres, la mise en oeuvre progressive des nouvelles classifications sectorielles de fonctions de l’Institut de classification de fonctions et d’un nouveau modèle salarial pour les services fédéraux des soins de santé. La convention collective de travail du 11 décembre 2017 détermine toutes les mesures nécessaires afin de réaliser une introduction phasée, à partir du 1er mai 2018, des nouvelles échelles salariales. Les futurs barèmes applicables dans les établissements du secteur privé intégreront dès lors les primes pour les agréments pour titre et qualification professionnels particuliers (TTP/QPP).

Le projet est transmis pour avis au Conseil d'Etat.

Projet d'arrêté royal modifiant l’arrêté royal du 28 décembre 2011 relatif à l’exécution du plan d’attractivité pour la profession infirmière, dans certains secteurs fédéraux de la santé, en ce qui concerne les primes pour des titres et qualifications professionnels particuliers et les prestations inconfortables
03/04/2018

Réseaux cliniques entre les hôpitaux

Par Sarah Delafortrie, Christophe Springael
Publié le 30/03/2018
Appartient au Conseil des ministres du 30 mars 2018

Sur proposition de la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique Maggie De Block, le Conseil des ministres a approuvé un avant-projet loi sur la formation de réseaux entre les hôpitaux.

L'avant-projet a pour but de créer un cadre légal dans lequel les hôpitaux devront collaborer au sein de réseaux cliniques locorégionaux. Ces réseaux seront chargés des missions suivantes :

  • déterminer la stratégie à suivre pour savoir quelles missions de soins spécialisées exploiter à quel endroit au sein du réseau hospitalier clinique locorégional
  • coordonner l’offre en soins généraux et en missions de soins spécialisées entre hôpitaux d’un même réseau clinique locorégional
  • sélectionner les points de référence pour les missions de soins suprarégionales en dehors du réseau hospitalier clinique locorégional et conclure des accords concernant les modalités d’adressage et de renvoi et les conventions de collaboration avec ces points de référence

Les principales autres dispositions de l'avant-projet sont les suivantes :
  • chaque hôpital général et universitaire doit faire partie d’un réseau clinique locorégional
  • le réseau doit disposer d’une personnalité juridique
  • les réseaux doivent se situer dans une zone géographiquement continue
  • 25 réseaux maximum seront créés pour tout le pays

L'avant-projet aborde également la gouvernance de ces réseaux. Ceux-ci doivent être créés au plus tard le 1er janvier 2020.
L'avant-projet est transmis pour avis au Conseil d'Etat.
Avant-projet de loi modifiant la loi coordonnée du 10 juillet 2008 sur les hôpitaux et autres établissements de soins, en ce qui concerne les réseautage clinique entre hôpitaux
03/03/2018

Recommandations en matière de gestion du textile dans les institutions de soins (février 2018) (CSS 9444)

Révision des recommandations en matière de traitement du linge des institutions de soins aigus (CSS 8075).

Dans cet avis scientifique sur la politique en matière de santé publique, le Conseil Supérieur de la Santé de Belgique émet des recommandations en matière de gestion du textile dans les institutions de soins. Cet avis vise à mettre à la disposition des buanderies externes et internes des recommandations spécifiques en matière de gestion du textile de sa collecte au niveau des institutions de soins à son retour (au sein des institutions de soins), en passant par la buanderie.

A télécharger ici
28/02/2018

Profil professionnel et de compétences de l'assistant de soins

Le Conseil Fédéral de l’Art Infirmier (CFAI) a publié, le lundi 26 février, son avis concernant le “Profil professionnel et de compétences de l'assistant de soins”, sur le site web du SPF Santé publique. Cet avis a été approuvé par le Conseil Fédéral de l’Art Infirmier lors de sa séance du 4 juillet 2017 et du 6 février 2018.

Vous trouverez cet avis sur notre site web www.ugib.be ou via le lien suivant
20/01/2018

La Clinique Saint-Pierre d'Ottignies présente "Démarche Qualité" sur Youtube

16/01/2018

Les implants imprimés en 3D font des progrès rapides, mais sont-ils aussi sûrs et efficaces ?

L'impression 3D suscite un intérêt croissant dans le secteur médical. Il n’y a cependant, d’après le Centre fédéral d’Expertise des Soins de Santé (KCE), aucune preuve convaincante que les implants imprimés en 3D soient aussi efficaces ou aussi sûrs que des produits « classiques ». Par ailleurs, certains implants, qui ne sont pas remboursés par l'assurance maladie (INAMI) parce que jugés trop chers, ou parce que leur fabricant n'a pas encore apporté de preuve de leur efficacité, peuvent pourtant être utilisés sans restriction par les médecins, et facturés au patient ou à l'hôpital, ce dont le patient n’est pas nécessairement au courant.
Le KCE estime que le placement de nouveaux implants à haut risque imprimés en 3D devrait être limité à certains centres spécialisés jusqu'au moment où leur sécurité et leur valeur ajoutée sera établie. Enfin, pour les dispositifs imprimés en 3D dont la sécurité est avérée, l’INAMI pourrait prévoir un remboursement même si leur valeur ajoutée n'a pas (encore) été démontrée, mais alors au même niveau que celle de l'alternative « classique » déjà existante.

Lire la suite sur le site du KCE
21/12/2017

Avis du Conseil Supérieur de la Santé N° 9396 sur le jeu pathologique

Dans cet avis scientifique sur la politique en matière de santé publique, le Conseil supérieur de la santé de Belgique émet des recommandations sur la prise en charge du jeu pathologique.

Téléchargez les recommandations complètes en cliquant ici.
21/12/2017

Des infirmiers en pratique avancée (Master) peuvent opérer au Royaume-Uni

2 octobre 2017
Au Royaume-Uni, les infirmiers peuvent suivre une formation complémentaire de deux ans pour pouvoir pratiquer des actes chirurgicaux simples en bloc

Le National Health Service anglais (NHS) va pro­mou­voir les "sur­gi­cal care prac­ti­tio­ners" (SCP), ces per­son­nels infir­miers qui pou­vaient déjà opérer sous le contrôle d’un chi­rur­gien, mais en les auto­ri­sant cette fois à deve­nir auto­no­mes et res­pon­sa­bles de leurs actes. Après leur diplôme d’infir­miers en 3 ans, ces pro­fes­sion­nels sui­vent un mas­tère de deux années sup­plé­men­tai­res.

Leur rôle est d’assu­rer toute la prise en charge de l’opéré depuis la consul­ta­tion avant l’hos­pi­ta­li­sa­tion jusqu’à la sur­veillance pos­to­pé­ra­toire, la sortie du malade et les consul­ta­tions de suivi. Ils pla­cent les per­fu­sions, réa­li­sent eux-mêmes l’opé­ra­tion au bloc opé­ra­toire et pres­cri­vent des médi­ca­ments.

Médicalement, la qua­lité des résul­tats obte­nus par les "sur­gi­cal car prac­ti­tio­ners" a été évaluée iden­ti­que à celle des chi­rur­giens. Ce par­tage de com­pé­ten­ces permet de réser­ver aux chi­rur­giens le rôle de déci­sion et d’action dans les cas com­plexes.

Lire la suite sur le site lesEchos.fr