Connectez-vous
AFISO
AFISO

Congrès AFISO 2024


La Clinique CHC Montlégia recherche un (m/f) infirmier en chef pour le service de radiologie et cardiologie interventionnelle

Randstad Interim recherche des (h/f) infimiers de bloc opératoire pour la région de Verviers/Heusy, la région de Namur, la région de Liège et la région de Huy

Depuis 2008 Surgical-help recrute des infirmier(e)s instrumentistes et/ou assistant(e)s opératoires, circulant(e)s et réveil; sous le statut d’indépendant (complémentaire)

MVH Nurse Support recrute des infirmier/es circulant/es et/ou instrumentistes indépendant/es complémentaires

Un Hôpital Universitaire Bruxellois recherche un Coordinateur freelance/indépendant (h/f) pour le quartier opératoire

Un hôpital Universitaire de renommée sur la région de Namur recherche un infirmier en chef pour son service des urgences (m/f)

Un Hôpital Universitaire Bruxellois recherche un Coordinateur (h/f) quartier opératoire

Un Hôpital Universitaire, situé à Bruxelles, recherche un(e) infirmier(e) en chef(fe) pour la salle de réveil

Un hôpital universitaire Bruxellois recherche un/e Infirmier/e en chef adjoint pour la Chirurgie - Quartier opératoire - Stérilisation centrale

L'Institut Jules Bordet recrute un infirmier en chef (h/f/x) pour le quartier opératoire

La Clinique Saint-Luc de Bouge recherche un (f/h/x) infirmier de bloc opératoire

La Clinique Saint-Luc de Bouge recherche un (f/h/x) infirmier de salle de réveil

Vivalia (Arlon – Bastogne – Libramont – Marche) recherche des infirmiers / infirmiers spécialisés en soins péri-opératoires (M/F) pour ses blocs opératoires

La société Richard Wolf recherche un (H/F) délégué endoscopie humaine pour la région Brabant / Hainaut

La Clinique St-Pierre d'Ottignies recrute une (h/f) infirmière circulante et instrumentiste pour le Quartier opératoire - Neurochirurgie

La Clinique St-Pierre d'Ottignies recrute une (h/f) infirmière circulante et instrumentiste pour le Quartier opératoire - Viscérale

La société Hand4Surgery recherche des instrumentistes indépendants (h/f)


Pour recevoir la newsletter

Une assurance professionnelle avantageuse pour les membres (plus de 50 % de réduction)


LIEN DIRECT VERS LE SITE DE L'EORNA



RECHERCHE









Une avancée majeure pour les infirmiers spécialisés en soins périopératoires - publication d’une annexe V (actes réservés aux infirmiers spécialisés en soins périopératoires)



Suite à l’avis favorable rendu par la CTAI (Commission Technique de l’Art Infirmier) en janvier 2019, c'est avec une grande satisfaction que nous vous informons d'une nouvelle majeure qui impacte directement notre pratique en tant qu'infirmiers spécialisés en soins périopératoires. En effet, un nouvel arrêté royal publié le 29 février 2024 vient modifier les modalités d'exécution des prestations techniques de l'art infirmier, ouvrant ainsi de nouvelles opportunités pour notre profession.

Un des éléments-clés de cette réforme réside dans l'insertion d'une annexe V à l'article 4 de l'arrêté royal, détaillant une liste de prestations techniques réservées exclusivement aux infirmiers porteurs d'un titre professionnel particulier, tel que prévu à l'article 7bis, § 3, du présent arrêté :

“ Annexe V - Liste des prestations techniques de l’art infirmier réservés aux infirmiers porteurs d’un titre professionnel particulier tel que prévu à l’article 7bis, § 3, du présent arrêté

Prestations techniques de soins infirmiers

B1
  • Manipulations d’appareils de surveillance des fonctions cardiovasculaire, respiratoire et neurologique.
  • Interprétation de paramètres concernant les fonctions cardiovasculaire, respiratoire et neurologique.
B2
  • Coopération aux activités de l’anesthésie et de la chirurgie, sous la supervision du médecin.

Qu'est-ce que cela signifie pour les infirmiers spécialisés en soins périopératoires ?

Tout d'abord, cela représente une reconnaissance significative de notre expertise et de nos compétences dans un domaine aussi crucial que les soins périopératoires. Plus important encore, cela nous confère désormais la légitimité d'exécuter certains actes qui étaient auparavant réservés aux médecins ou sous leur supervision directe.

En effet, le terme "assistance" tel qu'il est défini dans l'A.R. du 18 juin 1990 implique que le médecin et le praticien de l'art infirmier réalisent conjointement des actes chez un patient et qu'il existe entre eux un contact visuel et verbal direct. L’assistance opératoire reste possible pour les infirmiers non spécialisés mais sous contrôle visuel et verbal du chirurgien. Donc, pour eux, rien ne change.

Par contre, la coopération aux activités de l’anesthésie et de la chirurgie, créée dans l’annexe V, est réservée aux infirmiers spécialisés en soins périopératoires. Il faut la différencier de l'assistance par le fait que le contact visuel et verbal entre le médecin et l'infirmier spécialisé n'est pas obligatoire. La présence du médecin lors de l’exécution de l’acte n’est donc plus requise. Il doit juste être joignable dans l’hôpital.

Remarques :

Pour ce qui est de l’anesthésie, cela n’implique pas que le médecin ne peut point quitter la salle, mais bien qu’il n’y a, à aucun instant, une incitation à faire des anesthésies simultanées (cfr Safety first). Il conviendra aux médecins-spécialistes responsables de se baser sur les directives scientifiques et professionnelles en vigueur pour la rédaction des procédures.

Pour la chirurgie, il s’agit de la coopération aux activités telles que l’infiltration sous-cutanée, les sutures cutanées et sous-cutanées, la fixation des drains, la dissection, le prélèvement et la préparation des greffes, l’installation et la manipulation de l’appareillage pour les interventions chirurgicales (l’endoscopie, la chirurgie robotisée) etc., évidemment sur prescription du médecin et selon les conditions définies dans une procédure. Il faut également avoir été formé à réaliser ces actes.

Cette évolution réglementaire représente une étape importante dans la reconnaissance du rôle crucial des infirmiers spécialisés en soins périopératoires dans la prestation de soins de haute qualité et la sécurité des patients tout au long du processus chirurgical.

En conclusion, cette nouvelle réglementation ouvre de nouvelles perspectives passionnantes pour notre profession. C'est une opportunité pour nous de continuer à élever les normes de soins, de jouer un rôle plus actif dans les équipes de soins chirurgicaux et de contribuer encore davantage à la santé et au bien-être de nos patients.

Restons vigilants et engagés dans notre pratique, et continuons à œuvrer ensemble pour offrir les meilleurs soins possibles à nos patients. En effet, il reste encore des batailles à mener comme la révision des normes de personnel dans les blocs opératoires…

Lu 25 fois